10 min

4L TROPHY, un raid aux portes du Sahara

10 mai 2020 |

Loisirs & Culture

Du 21 février au 3 mars, Emilie et Camille ont fait équipe pour disputer le plus excitant des rallyes-raids automobiles réservés aux jeunes de moins de 28 ans. Etudiantes à l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), à Rennes, elles ont parcouru 6 000 km en douze jours entre Biarritz et Marrakech, le coffre rempli de matériel sportif et médical, distribué au Maroc avec la complicité de l'association Enfants du désert. Et le soutien de la MNH.

Votre périple s’achève. Quelles sont vos premières impressions à chaud ?

Nous avons vécu une expérience magique. Dans le désert, nous avons traversé des paysages splendides, des oasis, des palmeraies… C’était d’une beauté indescriptible. Sans compter les rencontres avec tous ces gens formidables, des enfants adorables. Ce fut une aventure plus intense et plus émouvante que ce que nous imaginions.

9.jpg

Nous aimons toutes les deux conduire. Mais nous n’avions jamais piloté sur des pistes ni séjourné au Maghreb. Encore moins dans le désert… Nous nous sommes rendu compte que c’était assez fatigant, un peu stressant aussi.

Pas de problème technique ?

Si… Quelques-uns… Nous avions loué la voiture à un garagiste spécialisé de Toulouse. Nous conduisions une 4L bien entretenue qui avait déjà plusieurs raids à son actif. Avant de partir, nous avions appris à changer une roue, à vérifier les niveaux et à nettoyer le filtre à air. Mais il est arrivé à plusieurs reprises qu’elle ne démarre plus !

Heureusement, nous avons pu compter sur les autres équipages pour nous dépanner. Dans le désert, l’entraide est obligatoire 

EMILIE ET CAMILLE.jpg

Quelles étaient vos motivations ?

Le 4L Trophy est une expérience unique en son genre. C’est à la fois un défi personnel, une aventure humaine, un engagement solidaire et un très beau voyage à l’étranger.

Plus de 1 100 équipages participaient à la course. C’est devenu une “grosse industrie” à laquelle s'associent beaucoup d’étudiants, notamment en école de commerce. C’est donc un évènement festif, propice aux rencontres. Mais nous ne voulions pas perdre de vue sa dimension humanitaire, sociale et médicale. Ces projets de santé publique, c’est bien ce qui donne du sens à nos futurs métiers.

Quelle était la nature de votre engagement ?

Nous avons disputé le raid avec le parrainage de l’association Enfants du désert. Nous voulions partir au Maroc avec deux projets éducatifs. L’un consistait à réaliser un clip vidéo à l’occasion du 30e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Pour le second, nous avions imaginé un projet intergénérationnel sous la forme d’une correspondance d’objets entre les résidents d’un Ehpad d’Ile-de-France et des enfants marocains. Finalement, seul ce second projet a pu être réalisé.

13 Journée Enfants du Déser.jpg

Comment s’est-il déroulé ?

En France, nous avions passé deux jours à confectionner des bracelets et des porte-clés avec les personnes âgées. Au Maroc, nous avons distribué ces cadeaux à des enfants d’une école primaire, chacun accompagné d’une photo de son auteur. En retour, les enfants ont fabriqué des porte-clés à distribuer aux résidents en remerciement, toujours accompagnés d’une photo Polaroïd. Ils pourront y accrocher les clés de leur chambre.

Cette journée passée à l’école, en plein milieu du désert dans une ambiance de kermesse, nous a laissé un souvenir très fort.

14 Journée Enfants du désert.jpg

Quid des dons ?

Dans notre coffre, nous avions chargé plusieurs sacs de fournitures scolaires, d’affaires de sport, de petit matériel informatique et paramédical (béquilles, télescopes…), collectés notamment auprès de la MNH. Sur place, c’est l’association Enfants du désert qui se chargera de répartir les dons selon les besoins.

BADGE ENFTS DU DESERT.jpg

Et maintenant ?

Le lendemain de notre retour, nous avions déjà réintégré l’établissement qui nous accueille en stage long de professionnalisation jusqu’à l’été. Nous allons maintenant préparer la journée de distribution des porte-clés à l’Ehpad, sans doute avec une petite expo photos et une vidéo pour mettre en scène notre voyage. Je sais que la 4L va rappeler des souvenirs à certains !

Emilie et Camille noir et blanc.jpg

Que retiendrez-vous de ce voyage ?

Au-delà de l’expérience personnelle, cette aventure nous a confortées dans l’idée qu’un Ehpad pouvait être un lieu de vie que l’on peut ouvrir sur la cité, voire le monde, avec un peu d’ingéniosité.

Et aussi que les projets culturels, mêmes modestes, font du bien autour de nous. Cet état d’esprit de rencontres et d’échanges… C’est une posture professionnelle à conserver pour la suite.

Olivier Brovelli

L’équipage 2020

Emilie Thépault, 25 ans, en 1re année à l’EHESP, élève directrice d’établissement sanitaire, social et médico-social (D3S). Actuellement en stage dans un Ehpad d’Asnières-sur-Seine (92).

Camille Martin, 35 ans, en 1re année à l’EHESP, élève directrice d’hôpital. Actuellement en stage à l’hôpital psychiatrique Georges Daumézon, à Fleury-les-Aubrais (45).

 

Depuis 2017, la MNH est partenaire de l’équipage 4 Ailes pour la santé publique. Pour l’édition 2019-2020, l’équipage composé de Camille et Emilie a pu également compter sur le soutien de la Banque Française Mutualiste.

Emilie Camille et logo MNH.png

 

 

+ D'INFOS

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.