5 min

Prévention

Gaz hilarant, protoxyde d'azote... quels sont les risques ?

16 janvier 2019 |

Prévention
gaz hilarant, protoxyde d'azote, risques gaz hilarant

Des ballons de gaz hilarant circulent de plus en plus dans les soirées d'étudiants. Ils entraînent une euphorie, une modification de la voix... mais est-ce sans danger ?

Le protoxyde d'azote, également appelé gaz hilarant, bonbonne proto, ballon... est légal en France. Il est en vente libre et utilisé en cuisine dans les siphons à Chantilly, à l'hôpital comme anesthésiant et dans les aérosols d'air sec ou des bonbonnes pour l'industrie.

Détourné de son usage traditionnel pour ses propriétés euphorisantes, il est de plus en plus consommé comme psychotrope.

Dans les soirées entre jeunes il est souvent transféré dans des ballons de baudruche et aspiré par la bouche et provoque des crises de fous rires, des distorsions visuelles et auditives et une modification de la voix.

Des effets secondaires

  • Nausées, vomissements, maux de tête, crampes abdominales, diarrhées, somnolence, vertiges et acouphènes.

Ces troubles disparaissent en général 15 min après l'arrêt de l'inhalation ou persistent un peu plus longtemps selon la dose consommée.

A forte dose, sa consommation déclenche de la confusion, de la désorientation, des difficultés à parler et à coordonner ses mouvements, une faiblesse musculaire et un ralentissement ou irrégularité du rythme cardiaque.

Les risques

Quelle que soit la fréquence de l'usage, la prise de ce gaz entraîne des risques tels que :

  • brûlure par le froid (le gaz libéré est extrêmement froid)
  • manque d'oxygène pouvant entraîner la mort...

L'usage régulier peut provoquer des pertes de mémoire, des troubles de l'humeur type paranoïaque, des hallucinations visuelles, des troubles du rythme cardiaque...

Un usage chronique à fortes doses entraîne une carence en vitamine B 12 qui peut affecter, entre autres, la moelle épinière à l'origine de troubles neurologiques.

 

 

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.