5 min

Prévention

Plus tard sera la chute

6 février 2020 |

Prévention
chute seniors, prévention des chutes

Le risque de chute augmente avec l’âge. Ses conséquences médicales et psychologiques peuvent être graves. Mais tomber n’est pas une fatalité. Adapter son logement, revoir ses habitudes et pratiquer une activité physique régulière sont les meilleurs outils de prévention.

Au-delà de 65 ans, une personne sur trois tombe au moins une fois par an. C’est normal. L’état de santé, plus fragile, des personnes âgées, est la principale cause d’accident. La maladie, la faiblesse musculaire, la fatigue des articulations et la prise de médicaments accentuent le risque de chute. Les habitudes de vie - comme une alimentation déséquilibrée, le manque de sommeil ou la consommation d’alcool - comptent aussi. Tout comme le logement s’il n’est pas adapté au vieillissement.

Libre circulation

Par où commencer ? Sans doute par la circulation intérieure dans les pièces à vivre, les couloirs et les escaliers. Traverser le salon ne doit pas être le parcours du combattant !

Libérez les lieux de passage des meubles gênants qui entravent vos déplacements. Evacuez les objets de décoration inutiles des pièces trop encombrées. C’est valable pour le jardin : ne laissez pas traîner le tuyau d’arrosage, les outils ni les pots de fleur.

À l’intérieur, fixez au mur les câbles électriques des lampes, de la télévision et de l’ordinateur. Attention également aux tapis, carpettes et autres descentes de lit. Scotchez-les au sol pour éviter la glissade. Sur le parquet ou le carrelage, les chaussons à semelles antidérapantes seront des alliés précieux.

Autre conseil : installez des barres d’appui vissées au mur à des endroits clés. Plus solides que les poignées de porte, elles seront aussi utiles pour se relever en cas de chute.

Tout s'éclaire

Bien voir change tout. Un éclairage généreux supprime les zones d'ombre. Pensez aux appareils lumineux équipés d'un détecteur de mouvement qui s'allument et s'éteignent à votre passage. Et avant de descendre l'escalier, retirez vos lunettes de lecture... Pensez aussi à vous procurer un téléphone sans fil ou un portable - dans la poche ! - pour répondre à vos proches sans "crapahuter" à travers la maison. La domotique vous permettra de piloter à distance les volets roulants électriques, l'éclairage, le chauffage ou la téléassistance, sans déplacements superflus.

Une douche sinon rien

Dans les toilettes, la salle de bain et la cuisine, la présence d'eau et les contorsions du corps augmentent les risques de chute. Le plus important ? Transformez votre baignoire en douche de plain-pied, pourvue d'un revêtement antidérapant, de barres d'appui voire d'un siège pliant fixé au mur. Une veilleuse dans les WC, équipés d'un rehausseur et de barres d'appui, pourra s'avérer utile la nuit.

Dans la cuisine, l'accessibilité des objets est essentielle. Rangez la vaisselle à portée de main, à votre hauteur, sans empiler les assiettes. Ne prenez pas de risque inutile avec l'escabeau. Les pots de confiture sur l'étagère supérieure, au fond du placard... mauvaise idée !

Des aides aux travaux

Si quelques gestes simples suffisent, adapter son logement implique parfois des frais importants. Notamment quand il s'agit d'installer une rampe d'accès, un monte-escalier, un chemin lumineux ou une douche sécurisée. Sous conditions de ressources, des organismes peuvent vous aider financièrement. C'est le cas de l'agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH) mais aussi de certaines caisses de retraite ou de collectivités territoriales, en particulier le Département.

Olivier Brovelli

Illustration Lila Pik

Bouger pour ne pas tomber

S'il peut être une cause d'accident, le sport est d'abord le meilleur moyen de réduire le risque de chute. Il est essentiel de conserver une activité physique adaptée à l'âge. Elle contribuera à prévenir la fonte musculaire, l'ostéoporose ainsi qu'à renforcer l'équilibre et la mobilité des articulations.

Marcher au moins 30 minutes par jour, suivre des cours de gym douce et effectuer des exercices d'assouplissement quotidiens sont à la portée de chacun.

Chiffres clés

  • 9 300 personnes de + de 65 ans décèdent chaque année des suites d'une chute
     
  • 76 300 hospitalisations pour fracture du col du fémur en France chaque année

 

Parole de PRO

Quelles sont les causes de chute les plus fréquentes à domicile ?

La baignoire, les tapis et les escaliers sont des pièges potentiels. Tout comme les habitudes de vie. Sans danger à 30 ans, certains gestes quotidiens peuvent finir par poser problème quand on vieillit. Comme descendre au sous-sol, le panier de linge sale sous le bras...

Quels sont les bons réflexes à prendre ?

Retirer la moquette qui plisse, ranger les fils qui traînent, redisposer les meubles pour libérer l'espace... C'est rapide, ça ne coûte pas cher. D'autres aménagements sont plus coûteux mais parfois indispensables. Je pense à l'installation d'un monte-escalier ou au remplacement de la baignoire par une douche. Un ergothérapeute peut aussi vous apprendre à faire vos courses en ligne !

Anticiper, est-ce naturel ?

Peu de personnes âgées nous contactent spontanément avant la première chute. Quand elles le font, c'est souvent à la demande de leur famille, de leur médecin, de l'ANAH ou du bailleur social. Certaines appellent d'abord le plombier... Mais le regard technique de l'artisan ne suffit pas.

Et un logement adapté ne fait pas tout...

C'est vrai. Il est aussi essentiel de conserver une activité physique régulière, de travailler son équilibre et même d'apprendre à se relever. Les conséquences de la chute seront moins graves si vous vous relevez rapidement.

Alexandra Perrault - Ergothérapeute, Châteaugiron (35)

mnh mag | newsletter

Suivez toute l’actualité de la MNH !

The subscriber's email address.

En validant votre email, vous acceptez de recevoir la newsletter « MNH mag »

Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscriptions présents dans chacun de nos mails.